***Un mot en ce qui concerne les offrandes - Jeremy Sourdril***

Publié le par I LOVE JESUS


Il y a eu dans l'histoire de l'Église de mauvaises expériences concernant les demandes

de finances, ce qui est dommage pour l'Église. Il arrivait à l'apôtre Paul de faire des

appels d'argent, mais jamais avec pression.


Je vous exhorte à toujours donner sans pression, mais dans la joie et dans la paix au

Seigneur. Soyez obéissant, Dieu bénira votre obéissance. Lorsque l'apôtre Paul avait

besoin de parler d'argent, il n'utilisait pas le Nom du Seigneur à toutes les sauces et

dans tous les sens pour que les chrétiens puissent le soutenir. L'apôtre savait aussi

recevoir un salaire des églises:

2 Corinthiens 11 : 8


8 J'ai dépouillé d'autres Eglises, en recevant d'elles un salaire, pour vous servir.


Les Corinthiens étaient pour beaucoup des bébés spirituels, qui, apparemment, n'étaient

pas assez matures pour soutenir le ministère de Paul, leur propre « père » spirituel ! J'ai

déjà remarqué à bien des reprises cette terrible réalité. Voilà pourquoi Dieu dira :



Exode 20 : 12


12 Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que

l'Eternel, ton Dieu, te donne.


Dieu savait combien les enfants peuvent être parfois égoïstes. Les enfants ne réalisent

pas lorsqu'ils sont petits que leurs parents paient tout pour eux ! Et les enfants osent

parfois se plaindre de ne pas avoir d'argent de poche, alors que les parents ont dépensé

des dizaines de milliers d'euros pour eux ! Que ce soit pour leur payer la nourriture, les

vêtements, l'école, les activités, prendre une plus grande voiture ou agrandir la maison !



Nous pouvons « comprendre » les enfants au début car ils ne sont pas conscients de la

vie et de ses principes, mais le pire est qu'en grandissant, beaucoup d'enfants

déshonorent leurs parents en ne pourvoyant pas à leurs besoins, alors qu'il le faudrait.

Parfois des enfants qui ont, excusez-moi l'expression, « coûté » à leurs parents ne

veulent qu'une chose : que leurs parents aillent en maison de retraite pour récupérer

l'argent de la vente de leur maison. C'est terrible !

En tant que personnes matures et spirituelles, nous devons comprendre que le fait

d'honorer ses parents naturels et aussi spirituels passe aussi par les finances. Les

pharisiens ne supportaient pas ce principe, alors certains, par radinerie et méchanceté,

avaient trouvé un moyen de ne pas honorer leurs parents financièrement :


Matthieu 15 : 4-6


4 Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère; et : Celui qui maudira son père ou sa

mère sera puni de mort. 5 Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa

mère : Ce dont j'aurais pu t'assister est une offrande à Dieu, 6 n'est pas tenu

d'honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de

votre tradition.




Savoir donner est bien souvent une preuve de maturité. En tout cas ne pas savoir

donner est clairement une preuve d'immaturité. Plus nous grandissons avec Dieu, et

plus nous devrions être capable de donner, plus nous devrions être des donneurs,

savoir écouter la voix de Dieu à ce sujet et lui obéir.



Il y a parfois de « vieux » chrétiens qui s'enorgueillissent d'être sauvés depuis 40 ans,

mais quand vient le moment de faire une offrande spéciale pour un invité, un

missionnaire ou une œuvre chrétienne, on dirait que le poids des années est tombé dans

leur poche et qu'il est impossible pour leurs mains d'atteindre leur portefeuille. Plus

nous vieillissons, et plus nous devrions être conscients que l'argent est un moyen de

bénir, d'aider, de soutenir l'œuvre de Dieu. Les Philippiens, contrairement aux

Corinthiens, étaient plus matures.


Philippiens 4 : 14-16


14 Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma détresse. 15 Vous le savez

vous-mêmes, Philippiens, au commencement de la prédication de l'Evangile, lorsque

je partis de la Macédoine, aucune Eglise n'entra en compte avec moi pour ce qu'elle

donnait et recevait; vous fûtes les seuls à le faire, 16 car vous m'envoyâtes déjà à

Thessalonique, et à deux reprises, de quoi pourvoir à mes besoins.




Les ministères qui débutent sont parfois les ministères les moins soutenus, alors qu'ils

sont souvent ceux qui en ont le plus besoin. Paul avait déjà porté du fruit, mais seuls les

Philippiens soutinrent financièrement son ministère.



L'apôtre parle même d'une détresse financière ! Paul devait probablement avoir prié

pour demander à Dieu un soutien, mais comme le Pasteur Olivier l'enseigne à l'iBEM,

Dieu n'est pas un faussaire et il ne multiplie pas les billets de banque ! L'apôtre avait

donc besoin de donateurs et de partenaires financiers !



Mais puisqu'il n'en trouva pas assez, l'apôtre Paul a dû s'occuper de tentes pendant un

temps, parce qu'il n'était pas soutenu par les églises ! J'ai connu plusieurs pasteurs

comme cela. Ils aimeraient bien arrêter de « servir aux tables » pour s'occuper

pleinement de la diffusion de la Parole de Dieu, mais, parce que les chrétiens de leur

région sont immatures, ils vivent la détresse et sont obligés de travailler à côté. Alors les

chrétiens, qui devaient les soutenir mais qui ne l'ont pas fait, se plaignent des mauvais

services rendus par leur pasteur ! Certains pasteurs travaillent même toute la nuit du

samedi au dimanche pour subvenir aux besoins de leur famille puis doivent prêcher,

être en forme, aimer les gens et se donner au maximum pour eux, le dimanche matin,

tout ceci après leur travail.



Je crois personnellement, et je ne dis pas que c'est le Seigneur qui l'affirme directement,

mais éprouvez et priez sur cette parole si vous le désirez : que chaque chrétien devrait,

en plus de sa dîme, soutenir mensuellement au moins un ministère. Je ne dirais pas : «

Oh le Seigneur me dit que vous devez donner tant d'argent », mais je dis que vous

devez prier par rapport au soutien que vous devriez apporter à ceux qui ont été et qui

sont pour vous une bénédiction.



Y a-t-il un pasteur qui vous a béni et à qui vous n'avez jamais vraiment dit merci ?

Bénissez-le aujourd'hui ! Les gens pensent qu'en donnant leur dîme ils donnent au

pasteur mais c'est faux. Ils donnent au Seigneur, et si l'église en a la possibilité, elle

donnera un salaire au pasteur. Donner sa dîme n'est pas remercier le pasteur, par contre

faire un don et le donner au pasteur, c'est ce qui s'appelle un don.



N'y a-t-il pas un frère dans le besoin ? Faites-lui un don. Donnez-lui ce que vous

aimeriez qu'on vous donne si vous étiez dans sa situation. Dieu VERRA votre action 

Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article